LE COEUR
DE MA VIE
Michel Rivard




Chanteur, poète, compositeur, comédien, scénariste, Michel Rivard est tout cela et encore plus. Membre fondateur du célèbre groupe Beau Dommage en 1974, il débute sa carrière solo en 1977. Les chansons et les albums se succèdent, tous plus savoureux les uns que les autres. Il faut voir Rivard sur scène pour apprécier pleinement son formidable talent et son sens de l'humour remarquable. Rivard est aujourd'hui un créateur au sommet de son art. Un nombre insoupçonné de grands classiques de la musique québécoise est signé Michel Rivard. La chanson qui suit, dédiée à la langue du Québec, demeure l'une de mes préférées. Même dépouillée de sa musique, on peut toujours en apprécier la poésie. Je vous recommande toutefois de vous procurer l'album pour ainsi savourer l'œuvre toute entière.

LE CŒUR DE MA VIE (1989)

-- Michel Rivard


C'est la langue qui court
Dans les rues de ma ville
Comme une chanson d'amour
Au refrain malhabile
Elle est fière et rebelle
Et se blesse souvent
Sur les murs des gratte-ciel
Contre les tours d'argent

Elle n'est pas toujours belle
On la malmène un peu
C'est pas toujours facile
D'être seule au milieu
D'un continent immense
Où ils règlent le jeu
Où ils mènent la danse
Où ils sont si nombreux

Elle n'est pas toujours belle
Mais vivante elle se bat
En mémoire fidèle
De nos maux de nos voix
De nos éclats de rire
Et de colère aussi
C'est la langue de mon cœur
Et le cœur de ma vie

On la parle tout bas
Aux moments de tendresse
Elle a des mots si doux
Qu'ils se fondent aux caresses
Mais quand il faut crier
Qu'on est là, qu'on existe
Elle a le son qui mord
Et les mots qui résistent

C'est une langue de France
Aux accents d'Amérique
Elle déjoue le silence
À grands coups de musique
C'est la langue de mon cœur
Et le cœur de ma vie
Que jamais elle ne meurt
Que jamais on ne l'oublie…

Il faut pour la défendre
La parler de son mieux
Il faut la faire entendre
Faut la secouer un peu
Il faut la faire aimer
À ces gens près de nous
Qui se croient menacés
De nous savoir debout

Il faut la faire aimer
À ces gens de partout
Venus trouver chez nous
Un goût de liberté
Elle a les mots qu'il faut
Pour nommer le pays
Pour qu'on parle de lui
Qu'on le chante tout haut

C'est une langue de France
Aux accents d'Amérique
Elle déjoue le silence
À grand coups de musique
C'est la langue de mon cœur
Et le cœur de ma vie
Que jamais elle ne meurt
Que jamais on ne l'oublie…

C'est la langue de mon cœur
Et le cœur de ma vie
Que jamais elle ne meurt
Que jamais on ne l'oublie…





La culture québécoise

Plan du site

Histoire du Québec et de l'Amérique française

Retour à la page principale