La Révolution Tranquille Jean Lesage




L'épisode qu'on a baptisé «La Révolution Tranquille» débute aux élections de 1960 avec la défaite de l'Union nationale et la victoire du Parti libéral de Jean Lesage. Le Québec s'engage dès lors dans la voie de la modernité et c'est une véritable révolution qui s'opère dans les domaines sociaux, économiques et politiques. On utilise l'adjectif «tranquille» parce que ces importantes réformes se firent sans violence, contrairement à ce qui accompagne d'habitude d'aussi considérables changements.

Jean Lesage est élu Premier ministre du Québec avec le slogan «Maîtres chez Nous». Ses principaux objectifs sont de voir le gouvernement québécois prendre le contrôle des institutions sociales (écoles et hopitaux) ainsi que d'encourager le développement économique de la province. Le système scolaire québécois, archaïque et élitiste, était encore contrôlé par l'Église catholique. Il fallait donc procéder à une séparation tardive mais nécessaire de l'Église et de l'État.

Dans le domaine de l'éducation, le gouvernement Lesage mit sur pied la Commission Parent qui fit plusieurs recommandations au gouvernement. C'est suite à cet exercice que fut créé le ministère de l'éducation du Québec. L'école fut rendue obligatoire jusqu'à l'âge de 16 ans et les premières polyvalentes et les premiers cégeps (collèges d'éducation génerale et professionnelle) furent établis.
Maîtres chez nous
Maîtres chez nous


Jean Lesage
Jean Lesage
Dans le domaine de la santé et des affaires sociales, le gouvernement mit sur pied l'Assurance-maladie (1960) ainsi que d'importants fonds de pension (1964) en plus de fonder le ministère des affaires sociales. Des lois furent adoptées pour légaliser et faciliter la syndicalisation des travailleurs et pour améliorer les relations de travail. On accorda le droit de grève aux employés du secteur public.

La philosophie du gouvernement Lesage en ce qui concerne l'économie était que celle-ci devait être contrôlée directement ou indirectement par l'état. On fonda donc plusieurs entreprises d'état dont le mandat était de développer et de stimuler l'économie. Mentionnons entre autres la Société générale de financement (SGF) qui encourage l'investissement dans les compagnies québécoises, la SIDBEC qui tenta de développer l'industrie de l'acier, la SOQUEM qui encourage le domaine de l'exploitation minière et la Caisse de dépôt et de placement qui prit en charge les fonds de pension des employés gouvernementaux et les fonds de compensation aux travailleurs. On estime aujourd'hui l'actif de cette dernière à 60 billions de dollars.


De plus, le gouvernement québécois entreprit de nationaliser les sept plus grandes compagnies hydro-électriques de la province et de les fusionner à Hydro-Québec. Cette compagnie d'état acquit rapidement le monopole de l'électricité au Québec. Le minsitre des ressources naturelles, René Lévesque, fut à l'origine du projet.

C'est aussi pendant cette période que plusieurs mouvements séparatistes virent le jour. Le plus important de ces groupes était probablement le R.I.N. (Rassemblement pour l'indépendance nationale). Le mouvement terroriste du F.L.Q. (Front de libération du Québec) fit également exploser ses premières bombes, souhaitant ainsi provoquer une révolution pas tranquille du tout. Tout le Québec était en ébullition.
René Lévesque
René Lévesque




Retour à la page principale

Plan du site